Les professions libérales à la barre

Par Mathilde Bathily

La réforme des retraites - historique

Alors que la SNCF a fait vent debout contre la réforme des retraites par une journée noire ce vendredi 14 septembre 2019, les professions libérales ont  à leur tour débuté une grande vague de manifestation, lundi dernier. 

Au-delà de pester contre ces professionnels qui nuisent à votre quotidien métro-boulot-dodo, quelles sont leur motivation ? 

Le Gouvernement d’Emmanuel Macron souhaite réformer en profondeur le système universel de retraite. Mesure phare de son programme, il s’agissait alors de « rétablir la confiance et de construire un système adapté aux parcours professionnels de vie d’aujourd’hui et de demain. 

Les objectifs de la réforme

Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire à la Réforme des retraites a rendu un rapport transmis à l’exécutif le 18 juillet 2019. 

Pour résumer, M. Delevoye gardera un système de répartition fondé sur la solidarité entre les générations. Mais fini les régimes spéciaux : il y aura des règles communes à tous quel que soit son statut. 

Rétablir la confiance dans le pacte entre les générations, garantir l’équité entre les citoyens, simplifier les calculs de retraite : telles sont les objectifs prônés par le rapport. 

L’effort de cotisation sera équitablement partagé entre les professionnels et ce, quels que soient leurs statuts professionnels ou formes d’activité. On mettra donc les salariés du privé et du public sur la même assiette en incluant les primes avec le même taux global. 

 

Les nouveaux calculs de retraite

Globalement, un plafond de cotisation de 120 000 euros de revenus d’activité concernera 100% des français. 

La totalité des actifs sera couvert par ce système universel. Tous les assurés auront un haut niveau de protection sociale. Ils auront donc des droits sur l’ensemble de leurs revenus d’activité (dans la limite de 120 000 euros bruts annuels). 

Un principe contributif fonde le nouveau système de retraite : chaque période travaillée et cotisée accordera des droits à retraite sous forme de points. Ainsi, le chomage, la maternité, l’invalidité et la maladie donneront les mêmes points que ceux acquis au titre de l’activité

Les motifs des grèves

Par suite de l’uniformisation des systèmes de retraite, les avocats verront leurs taux de cotisation augmenter de 14 à 28%. Le nouveau seuil s’appliquera donc à toutes les professions libérales, quelles qu’elles soient. 

Tandis que les médecins verront leurs cotisations baisser de 36 à 28%, leurs pensions chuteront également jusqu’à 40%. 

La problématique de l’uniformisation des retraites pose donc une question fondamentale : équité ou libéralisme ? 

Fermer le menu