Les Illuminati, sacralisation de la bêtise humaine…

Qui peut se targuer de ne jamais avoir entendu cette phrase ne serait ce que pour rigoler : « c’est de la faute des illuminatis ». Mais qui sont-ils et quel est leur rôle dans notre société ?

Commençons par un rappel historique : les Illuminati ou les illuminés de Bavière désignent à l’origine une société de pensée née en 1776 en Allemagne. Ils soutiennent la philosophie des Lumières et préconisent la mise en place d’un gouvernement dirigé par une élite aux idéaux humanistes. Cette société fut démantelée en 1784 mais sa philosophie a résisté. L’organisation chute, les idées restent… Aujourd’hui elle revient grâce à la littérature de science-fiction de Dan Brown, auteur de Anges et Démons, Umberto Eco ( Le pendule de Foucault) mais aussi des jeux-vidéo, films comme Paranormal Activity, les blogs et des artistes tels la sulfureuse chanteuse Lady Gaga.

En France, de plus en plus d’adolescents adhèrent à ces thèses et plus particulièrement les jeunes issus des milieux défavorisés comme les ZEP. En effet, un peu comme le satanisme ou le spiritisme il y a quelques années, les thèses Illuminati sont perçues comme autant de réponses simples aux questions d’une jeunesse dépolitisée. Ainsi, pour les jeunes issus de l’immigration, c’est une manière d’affirmer leurs identités en tenant les Illuminati comme responsables de leurs souffrances et de leurs passés. Cette théorie présente d’ailleurs un aspect pratique. Elle permet de répondre facilement à des enjeux cruciaux tels le racisme, la pauvreté, les guerres, les massacres… On a trouvé le coupable des maux de la société grâce à cette organisation.

Mais comme toute croyance populaire, la thèse illuminati conduit à des dérives qui peuvent s’avérer dangereuses. Souvent associée à des propos antisémites, certains lycéens n’hésitent plus à dire que les juifs utilisent l’Holocauste pour « se faire plaindre » ou à qualifier le 11 septembre de « complot juif ». On y décèle l’influence de l’intrépide Dieudonné qualifié d’humoriste par certains et d’antisémite par d’autre ainsi que de l’idéologue, Alain Soral. Ce dernier suscite les critiques et les polémiques en affirmant que notre monde est dirigé par « un Empire » composé des Etats-Unis, d’Israël et de la sphère financière. Les jeunes sont alors embrigadés par une mouvance d’extrême droite très accessible sur le Net et contre laquelle les autorités ne peuvent, pour l’instant, rien.

Mais qui dans le monde s’érige contre les thèses Illuminati ?

4 commentaires sur “Les Illuminati, sacralisation de la bêtise humaine…

  1. « En France, de plus en plus d’adolescents adhèrent à ces thèses et plus particulièrement les jeunes issus des milieux défavorisés comme les ZEP. En effet, un peu comme le satanisme ou le spiritisme il y a quelques années, les thèses Illuminati sont perçues comme autant de réponses simples aux questions d’une jeunesse dépolitisée. Ainsi, pour les jeunes issus de l’immigration, c’est une manière d’affirmer leurs identités en tenant les Illuminati comme responsables de leurs souffrances et de leurs passés. »
    Ah bon? Peux-tu citer tes sources?

    1. La source initiale vient d’un sondage Ipsos réalisé en mai 2014 sur un panel de 1 500 individus de 15 à 65 ans qui note que un Français sur cinq croit à l’existence des Illuminati. Par ailleurs de nombreux tweets et témoignages de professeurs issus de zones difficiles émaillent cette affirmation…

      1. D’abord, si effectivement la thèse illuminati connaît un essor, ce sondage ne montre en aucun cas qu’elle se répand plus particulièrement chez les jeunes, et encore moins chez les jeunes issus de « milieux défavorisés » ou chez les jeunes « issus de l’immigration ». Par ailleurs, après quelques recherches, il ne me semble pas que les témoignages de professeurs quant à l’expansion de ce phénomène dans les établissements scolaires concernent un milieu en particulier. Il s’agit d’une inquiétude unanime quant à la désinformation à laquelle leurs élèves font face, notamment par les réseaux sociaux. Enfin, dire que « pour les jeunes issus de l’immigration, c’est une manière d’affirmer leurs identités en tenant les Illuminati comme responsables de leurs souffrances et de leurs passés » me paraît simpliste, d’autant que le terme « jeunes issus de l’immigration » recouvre des réalités très différentes. Peut-être auriez-vous mieux fait d’aller prendre des renseignements crédibles à la source, c’est à dire auprès de ces jeunes issus de milieux défavorisés, ou de ces jeunes issus de l’immigration (car ce n’est pas la même chose!), afin de donner de la contenance à votre propos, plutôt que de tirer des conclusions hâtives!

        1. Le sondage montre une vision globale de la situation. C’est le point de départ de l’article (« source initiale »). Ensuite nous nous sommes penchés sur les nombreux tweets ou pages Facebook qui portent sur le sujet. Nous avons alors étudié les profils des personnes concernées et remarqué que ce sont plutôt des jeunes qui semblent désinformés et en quête d’affirmation. Nous avons ensuite été guidé par les témoignages de professeurs que l’on peut trouver sur internet ainsi que par des connaissances. Il est vrai que ces thèses montent un peu partout mais les zones dites difficiles restent un terreau plus propice. Nous ne cherchons pas à amalgamer le terme plurivoque de « zones sensibles » avec la montée des illuminati mais l’on constate qu’il y a une forte désinformation expliquée par l’essor de ces théories du complot à la fois auprès des jeunes issus de l’immigration mais aussi auprès des jeunes issus des zones difficiles. Les raisons sont certes diverses mais il existe une constante que vous pourrez constater en vous rendant sur le « terrain ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *