Les Redskins : la franchise de la controverse

Les Redskins : la franchise de la controverse

Par Mathieu Faget

Les Redskins sont une franchise de la National Football League, championnat de football américain. Ils ont remporté trois Superbowl dans leur histoire (1982, 1987, 1991).

La franchise fut, historiquement fondée, à Boston en 1932 (« Boston Redskins ») avant de rapidement déménager en 1936, à Washington, ville qu’elle occupe toujours aujourd’hui (« Washington Redskins »). Au-delà de l’aspect sportif, les Redskins rencontrent un important succès financier. En effet, selon le magazine Forbes, la franchise est évaluée à un peu plus d’1,5 milliard de dollars. Il s’agit de l’une des plus puissantes de la Ligue de Football américain.

Un histoire jonchée par les polémiques

Néanmoins, cette équipe est secouée depuis la fin des années 1990 par de nombreuses polémiques autour du nom de la franchise. En effet, d’une part, le mot « Redskins » est défini comme étant une référence insultante aux Amérindiens et considérée comme raciste par une partie de l’opinion publique Américaine. D’autre part, cette polémique prend une tournure également politique, puisque l’équipe est localisée à Washington, qui reste la capitale politique américaine. 

Les années 1990, marquées par une forte sensibilisation portée par des groupes et associations d’Amérindiens, correspondent à une période où de nombreuses études ont été réalisées par des instituts de recherche en sociologie autour de thèmes liés aux stéréotypes ethniques.

Ces enquêtes visaient à étudier les effets préjudiciables des références aux minorités ethniques. Dans le milieu du sport, de nombreuses équipes/franchises portaient alors des noms et logos qui faisaient référence aux Amérindiens et étaient jugés offensants par ces mêmes études et a fortiori, par l’opinion publique.

Par conséquent, de nombreuses franchises de tous sports américains ont choisi de modifier leurs logos et/ou leurs noms d’équipe.

Un imbroglio juridique autour du nom de la franchise

Les « Redskins » sont l’une des rares franchises à conserver toutes ses références controversées. Le propriétaire des Redskins, Daniel Snyder, ainsi que ses supporters estiment que le logo ne porte aucune référence négative à la communauté amérindienne. Au contraire, celui-ci fait appel aux valeurs portées par ce peuple : le courage, la résilience.

Par ailleurs, un sondage réalisé par l’Institut Annenberg Public Policy Center en 2004, déclare que 90% des Amérindiens interrogés ne se sentent pas offensés par le nom de la franchise de Washington. Cette étude fut très contestée en raison de la méthodologie appliquée pour la réalisation de ce sondage.

Néanmoins, une autre enquête effectuée par le Washington Post en 2016, a mené aux mêmes conclusions que celles établies par l’étude d’Annenberg.

Le nom de la franchise « Redskins » a même été jugé « désobligeant » par l’US Patent and Trademark Office, institution qui gère l’enregistrement et la protection des marques.

En conséquence, l’Institution a annoncé, en 2014, que le nom de marque « Redskins » n’était plus protégé à la suite d’un recours de cinq amérindiens.

En effet, une marque ne peut être protégée si celle-ci « dénigre, porte atteinte ou discrédite toute personne vivante ou décédée » (15 USC § 1052 (a)).

Néanmoins, cet article est compromis à la suite d’un arrêt rendu par la Cour Suprême du 19 juin 2017 : Matal v Tam. Dans cette affaire, un groupe de rock nommé « The Slants » (à traduire par « Les Bridés ») fut jugé « péjoratif » par l’US Patent and Trademark Office, qui a refusé d’accorder la protection de la marque.

Une bataille juridique s’engage alors jusqu’à la Cour Suprême qui, à l’unanimité, donne raison au groupe de rock car la clause de dénigrement est jugée inconstitutionnelle : contraire au Premier Amendement qui garantit la liberté d’expression.

Cet arrêt constitue une lueur d’espoir pour les Redskins concernant le combat mené pour, non seulement, la protection de la marque, mais aussi endiguer la polémique autour du nom de la franchise.

Fermer le menu