UEFA Europa Conference League : un gage aux clubs de seconde zone

Par Mathieu Faget

En Février 2019 lors du comité exécutif qui se tenait à Dublin, l’UEFA a approuvé la création d’une troisième compétition européenne des clubs (appelée provisoirement UEL 2). La première édition se tiendra lors de la saison 2021-2022. La structure de la compétition sera calquée sur la Ligue des Champions et l’Europa League.

Elle permettra d’ailleurs d’alléger le format de l’Europa League (passant ainsi de 64 à 32 équipes à partir des poules).

Rendre le football européen plus inclusif

L’objectif demeure l’implication d’un plus grand nombre de clubs dans les compétitions continentales organisées par l’UEFA. Cette nouvelle formule accroit ainsi les chances des équipes européennes de participer de manière régulière à des matchs à enjeu à travers l’Europe. Il est clair que les instances du football européen veulent rendre les compétitions continentales plus accessibles aux clubs de « seconde zone ».

Un intérêt financier non négligeable

En outre, cette nouvelle compétition génèrera d’importants revenus commerciaux liés aux droits télévisés et aux éventuelles opérations marketing. Ces nouvelles entrées d’argent soutiendront alors les revenus de l’UEFA, générés par les autres compétitions européennes et dont les montants ne cessent de croître. En effet, sur l’exercice 2018-2019, les recettes commerciales de l’UEFA se sont élevées à 3,25 milliards d’euros. Elles sont, ensuite, redistribuées à l’ensemble des clubs engagés dans cette compétition. Sur la même période, 2,55 milliards d’euros ont été alloués aux clubs participants. Cette manne financière pourrait permettre aux clubs de seconde zone, désormais impliqués dans cette nouvelle compétition, d’investir dans de nouveaux projets de clubs et ainsi devenir plus compétitifs.

Ce projet permettrait donc de faire participer des clubs européens moins populaire, qui furent, parfois, délaissés par les institutions européennes. Ce nouveau concept rendra, assurément, un plus grand nombre d’équipes, attractives aux yeux des jeunes joueurs prometteurs du monde entier. Ceci devrait, également, amorcer une légère homogénéisation du niveau des équipes et diversifier les participants aux meilleures compétitions européennes (notamment l’Europa League).

Fermer le menu