Zabbaan : made in Mali

Par Pierre-Antoine Flick

Créé en 2016, la start-up malienne fabriquant des jus de fruit naturels avec des produits locaux, demeure la réussite d’une femme : Aïssata Diakité.

Un projet porté par le désir de valoriser sa terre

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur agronome, obtenu en France, complété par un cursus en marketing en Angleterre, la jeune cheffe d’entreprise a lancé un business florissant. Pourtant, tout ne fut pas simple mais le désir de valoriser sa terre natale, tout en aidant les agriculteurs de la région à mieux vivre, fut plus fort. 

En 2017, elle lance donc définitivement sa start-up après avoir étudié la saisonnalité de la région de Mopti mais aussi la manière de travailler des locaux. Ainsi, elle reçoit chaque jour, à Bamako, les plantes, qui sont ensuite triées, lavées et parfois congelées. L’ensemble est stocké et utilisé pour effectuer les infusions qui rempliront ensuite les 5000 à 10 000 bouteilles produites quotidiennement. De quoi ravir les papilles des consommateurs français en quête d’exotisme ou des maliens.

Comment sont fabriqués ces jus ?

Bien sûr le zaban constitue le fer de lance de ces boissons. Mais cela ne suffit pas pour en faire un succès. Aïssata Diakité a dû puiser dans les réserves de son pays : mangue, goyave, baobab, tamarin et feuilles de moringa se mêlent au zaban.

Vendus 3,50 euros sur leur site, la dénomination des jus interpelle et prête à sourire. Roi, reine, duc, guerrier… Rien d’hasardeux ici : chaque bouteille tire son nom de l’empire mandingue, un des plus puissant d’Afrique de l’Ouest qui connut son apogée au XIVe siècle. Le branding semble d’ailleurs un véritable succès, en témoigne le nombre de partenaires tant africains que français. 

Encore absent des grandes surfaces françaises, vous pouvez vous faire votre propre opinion en vous rendant au BMK Paris-Bamako dans le 10e arrondissement de Paris.

Fermer le menu